Les portes du désert

J'ai quitté Mirleft mercredi pour mettre le cap vers Gueulmim : les portes du désert. En chemin, dans une côte, je vois deux vélos arrêtés : Lissa (suisse) et Mika (brésilien) font une pause. Je m'arrête discuter un peu avec eux et nous repartons tous les trois. Nous décidons de nous arrêter 5 kilomètres avant Gueulmim car nous avons entendu dire qu'il y avait une source d'eau chaude naturelle dans le coin. Le parcours comporte beaucoup de relief, nous fatiguons beaucoup mais a trois c'est plus sympa. Nous arrivons finalement de nuit en finissant par une piste avec vent de face, nous somme épuisés et bien content d'avoir trouvé cette source. Dans le camping il y a aussi une bonne vingtaine de camions aménagés français avec à leur bord des jeunes venu faire la fête. Ils nous disent qu'ils se sont arrangés avec le gérant et que lorsqu'ils ont fini de manger nous pourrons profiter de la piscine thermale (plus de 30°C) rien que pour nous et qu'en plus il mettrons de la musique autour de la piscine (dans les camion, ils ont tout ce qu'il faut pour organiser une soirée n'importe où). Super soirée


Le lendemain, nous nous levons tard et mangeons à Gueulmim tous les 3. C'est le moment des au-revoir, Lissa et Mika continuent dans la direction opposée à la mienne, je ne peux pas continuer avec eux. Parti tard, je ne pourrais pas faire beaucoup de kilomètres, j'essaye quand même de faire ce que je peux avec l'idée de bivouaquer sur le bord de la route .Depuis Gueulmim, la route à changé, maintenant il n'y a plus rien, simplement une route toute droite au milieu du désert :



Je roule avec de la musique, c'est plus facile. Alors qu'il n'y a rien depuis des kilomètres, je croise une station abandonnée recyclée en café. La nuit va bientôt tomber, je m'y arrête boire un thé à la menthe avant d'aller bivouaquer. Et puis une fois attablé avec mon thé, je n'ai plus la force de repartir. Le gars du café me propose d'y rester pour la nuit, c'est ce que je vais faire. Je me couche tôt ce qui me permet de me lever et partir tôt le lendemain matin pour faire beaucoup de kilomètres. A 15 heures, j'ai déjà parcouru 100km, je veux pousser encore plus loin, mais j'ai besoin de sucre,  je m'arrête dans un café boire un coca. J'en bois 1/2 litre en quelques secondes et je suis aussitôt pris d'un fort mal au ventre. Le café est tenu par une française, il fait également camping (pas cher) il y a des douches chaudes et internet. Il n'en faut pas plus pour me convaincre, je reste.
Dans la soirée, je fais le rencontre d'un couple de français en vacances dans le coin, il m'invitent à dîner. J'ai mangé du chameau accompagné de vin et précédé d'un apéritif, ça faisait longtemps que je n'avais pas accompagné un repas d'un peu de vin et c'est bien agréable. Le chameau était très bon, si on ne m'avais pas dit que s'en était, je ne me serais aperçu de rien. Dans la soirée, mon ventre ne s'est pas du tout arrangé, au contraire. Je décide alors de rester me refaire une santé dans ce camping bien sympathique, avant de traverser du désert.
Dans les jours a venir, vous aurez peut être moins de nouvelles de moi, les villes étant de plus en plus éloignée les unes des autres, j'aurais moins accès à internet. Par contre, vous pouvez toujours me suivre en allant sur "Où suis je en ce moment"

Les trajets des derniers jours :

Mirleft - Abaynou (93km)

Abaynou - quelque part sur la route de Tan-Tan (66 km)

Quelque part sur la route de Tan-Tan - Tan-Tan plage (103 km)

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.selle-et-riz.com/trackback/194

Haut de page