Une 4L à la découverte du désert

De retour à Marrakech, nous nous mettons à la recherche d'une 4L. Étant fan de cette voiture tous les deux (on a fait pas mal de kilomètres là dedans et c'est toujours ma voiture en France), on essaye d'en trouver une en location. Après un moment, on se rend contre que ce sera vraiment très difficile, on opte alors pour la 4L nouvelle génération, une Dacia (très répandue au Maroc qui la construit) avec laquelle nous aurons quelques mésaventures.

Direction Ouarzazate, puis les gorges du Dades, on passe la nuit dans la voiture en haut des montagnes, derrière un camping-car allemand qui à eu la même idée que nous. Le couple nous invite à manger avec eux et à boire du vin chaud. Le matin, on se lève avec le soleil que l'on contemple assis par terre en train d'arroser toute la montagne petit à petit. Les allemand sortent du camping-car avec deux cafés brûlants à nous offrir, nous déjeunons au pied du gouffre avec le soleil qui se lève et un silence incroyable :

Des gorges du Dades, nous aimerions aller à celles du Todra. On possède un bout de carte sur lequel il semble qu'on puisse joindre les deux gorges par une piste. Dans le guide de Paula, il est dit que c'est pour ceux qui aiment l'aventure, l'avenir nous montrera qu'il n'ont pas tort.

On demande quand même au gens qu'on croise sur la route et on reçois deux avis différents :

  1. on peut y aller avec la Dacia sans aucun problème
  2. c'est très difficile, même avec un 4x4 et en plus en haut il y a de la neige

On décide d'y aller quand même et on se retrouve bloqué : une roue patine dans la neige, l'autre est en train de basculer dans le ravin. La voiture est bloquée on ne sais pas comment faire.

On essaye diverses techniques : on soulève la voiture avec le cric et on positionne des grosse pierres sous les roues, on avance et on recule, rien n'y fait : chaque essais emmène la voiture un peu plus dans le ravin. Le voyant de réserve d'essence s'allume, sachant que nous avons fait 40 km de pistes sans rien pour arriver jusqu'ici, le retour s'annonce mal alors même que nous ne savons pas comment sortir la voiture de ce bourbier. Je pense à mon vélo, comment les choses étaient plus simple avec.

Alors on s'assoit et on réfléchit calmement pour trouver une solution. Et là, on aperçoit au loin deux bergers sortis de nul part avec des pelles à neige. Il ne parlent que quelques mots de français, mais ils veulent nous aider et ils ont des techniques simples et ingénieuses. Ils vont arracher quelques buissons avec lesquels ils vont faire des tapis d'herbes sous les passages de roues : même avec la boue, le mélange est stable. Ils creusent ensuite des rigoles dans le sol qui vont permettre d'évacuer l'eau contenue dans la terre, ils déneigent et poussent la voiture. Après beaucoup de manœuvres et de "moteur wroum wroum wroum, FORT LE MOTEUR FORT" de la part des bergers, on parvient à la sortir, ourah ! On leur doit une fière chandelle !
Pour l'essence, on arrivera avant la fin du réservoir à trouver un bidon pour nous permettre d'aller jusqu'à la prochaine station. du coup, on ira dans les gorges du Todra par la route "classique", moins aventurière sûrement mais on a eu notre dose pour la journée.

Dans les gorges du Todra, on décide de faire de l'escalade. Le soleil arrose la falaise, la vue et le silence sont incroyables et les gens qui nous loue le matos très sympa.

Puis nous rentrons à Marrakech où je retrouve mes parents venu y passer le weekend pour me voir. Nous reprenons notre Dacia (en train de se faire embarquer par une dépanneuse pour stationnant gênant) et partons tous ensemble à Essaouira où nous mangeons quelques sardines :

Noël étant passé récemment, mes parents m'ont apporté - en plus de quelques chocolats très appréciés - une montagne de petites surprises et de choses qui me manquaient, je leur donne également des choses que je n'ai pas utilisées jusque là (comme mon thermos).

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.selle-et-riz.com/trackback/202

Haut de page